Sciences de la Famille > Colloque 24.05 : De la précarité énergétique au développement éducatif durable

Colloque : De la précarité énergétique au développement éducatif durable

Journée de formation à destination des acteurs sociaux organisée par l'UMONS le jeudi 24 mai 2018

La précarité énergétique fait partie des problématiques grandissantes qui posent un défi aux dynamiques de l’inclusion sociale. À ce titre, elle est plus que jamais d’actualité dans un contexte d’inégalités sociales prégnantes.

 

Selon le Baromètre de la Précarité énergétique 2017 de la Fondation Roi Baudouin, la précarité énergétique a touché 21 % des ménages belges en 2015. Les ménages isolés, notamment les seniors, les familles monoparentales et les ménages à faibles revenus, essentiellement des locataires de leur logement, sont les plus touchés.

 

Toujours selon la Fondation, il y a trois causes principales au problème de la précarité énergétique: la situation socio-économique problématique du ménage, la mauvaise qualité des logements et la hausse des prix de l’énergie. À ces causes fondamentales peuvent s’ajouter des causes adjacentes comme le climat, l’éducation, les compétences techniques ou un mauvais état de santé.

 

D’après les constats réalisés par les acteurs de terrain en Belgique, tant au niveau fédéral qu’au niveau régional, les difficultés rencontrées par les ménages en matière d’énergie dans le logement (exemples : difficulté à payer ses factures ou à se chauffer correctement, compréhension des procédures administratives, négociations de plans de paiement, coupures d’alimentation, etc.) tendent à s’étendre non seulement en nombre de personnes touchées mais également en termes de profils concernés.

 

Le pouvoir d’agir est un élément essentiel dont sont généralement privées les personnes vivant en précarité énergétique. Dépendantes de sources de contraintes diverses, elles connaissent une situation d’impuissance qui les empêche de mener leur vie de manière autonome et porteuse d’estime de soi. Dans ces contextes, de multiples initiatives sont engagées dans la perspective d’un développement durable visant à favoriser la résilience sociale des groupes les plus démunis.

 

Les intervenants de cette journée montreront qu’il existe des pistes et outils concrets pour infléchir le paradigme déterministe et améliorer ainsi sensiblement le quotidien dans un contexte de précarité énergétique. Comme nous le verrons, les pouvoirs locaux et les asbl sont déjà très actifs sur le terrain. La recherche universitaire, quant à elle, se développe de plus en plus, notamment avec l’étude qualitative fédérale sur la précarité énergétique 2Genders, commanditée par la Ministère de la Politique scientifique BELSPO, ou l’étude sur l’accompagnement social et le développement du pouvoir d’agir lors d’une utilisation des compteurs intelligents, commanditée par la DG04 de la Région wallonne, et dont le CeRIS et ORES sont partenaires.

Programme de la journée :

9h00 – 9h30 : café/croissants.

 

9h30 – 9h40 : Introduction par Willy Lahaye, Président du CeRIS et Professeur à l’UMONS.

 

9h40 – 10h05 : ETUDE QUALITATIVE FEDERALE SUR LA PRECARITE ENERGETIQUE 2GENDERS, commanditée par la Ministère de la Politique scientifique BELSPO - Françoise Fournier, Assistante de Recherche au CeRIS.

 

10h05 – 10h30 : ETUDE SUR L’IMPLEMENTATION DES COMPTEURS INTELLIGENTS, réalisée en partenariat par le CERIS et ORES, commanditée par la DG04 de la Région wallonne – Charles Glineur, Assistant de Recherche au CeRIS et Willy Lahaye, Président du CeRIS.

 

10h30 – 11h00 : pause café

 

11h00 – 11h25 : DEVELOPPEMENT DU POUVOIR D’AGIR POUR LES PERSONNES ET LES COLLECTIVITES (DPA-PC), une nouvelle méthodologie à disposition des travailleurs sociaux des CPAS wallons – Bernard Dutrieux, asbl Union des Villes et Communes de Wallonie, Chef de service, Centre de Formation de la Fédération des CPAS.

 

11h25 - 11h50 : Projet ECO-WATCHERS, une adaptation des Réseaux d’Echanges réciproques de Savoirs pour combattre la précarité énergétique - Stéphanie de Tiège, Chargée de projet à l’asbl Empreintes - CRIE de Namur, Co-créatrice du projet.

 

11h50 – 13h00 : Lunch dinatoire

 

13h00 – 13h25 : L'OBSERVATOIRE LOCAL DE COHESION SOCIALE DU CPAS DE CHARLEROI ET SON NOUVEAU GROUPE DE TRAVAIL LOGEMENT, ou comment l'intelligence territoriale peut-elle améliorer la veille sociale dans des problématiques sociétales importantes - Giusto Maniscalchi, Responsable de l'Observatoire.

 

13h25 – 13h50 : POLE ENERGIE-LOGEMENT de la Ville et du CPAS de Soignies, une plate-forme unique de services intégrés au service des citoyens sonégiens – Hubert Dubois, Président du CPAS de Soignies.

 

13h50 – 14h15 : ECOLE DEMOCRATIQUE DE L'ORNEAU ou comment un enseignement novateur peut redonner le pouvoir d’agir – Romain Gauthier, Chargé en Relations publiques de l’Ecole démocratique de l’Orneau.

 

14h15 : Discours de clôture de Willy Lahaye.

Informations pratiques :

Jeudi 24 mai 2018, de 9h00 à 15h00

 

UMONS

Campus de la Plaine de Nimy

Bâtiment "Grands Amphithéâtres"

Auditoire Marie Curie

Avenue du Champ de Mars, 8

7000 MONS

 

Entrée gratuite (Inscription obligatoire.

Attention: La date limite pour les inscriptions est le 18/5).

Formulaire d'inscription :

Veuillez entrer le code:

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.

Le CeRIS de l’UMONS :

 

Le Centre de Recherche en Inclusion sociale (CeRIS) de l’Université de Mons mène des recherches et des recherches-actions sur les thématiques d’inclusion sociale et de développement territorial et éducatif durable dans la perspective d’une approche globale du mieux vivre ensemble. Dans ce cadre, le CeRIS souhaite contribuer au développement social par le partage et la structuration « académique » des pratiques sociales de terrain inspirantes, en relayant les projets innovants mis en place par les CPAS, communes, asbl grâce à une communication et une publication adaptées. Le CeRIS part en effet du postulat que l’université doit davantage appliquer une politique d’ancrage territorial en allant à la rencontre des acteurs sociaux de terrain, afin de répondre plus efficacement aux défis d’une société en profonde mutation.